photo mojito

El Mojito


Dois-je vraiment vous le présenter, le seul, l’unique, le véritable, le mojito !


La Recette


  • Dans un verre tumbler, déposez quelques feuilles de menthes que vous aurez auparavant fessées (déposes les sur la paume de votre main et venez les claquer forte avec votre autre main, vous verrez ça libère les arômes),
  • 1/2 citron vert que vous aurez coupé en 2, et chaque partie en 6,
  • 2cl de sirop de sucre, ou 1barspoon de sucre en poudre.
  • Pilez le tout avec un pilon spécial cocktail, ou votre barspoon si elle dispose d’un pilon à l’une de ses extrémités.
  • Ajoutez de la glace pilée en laissant 2cm de libre en haut de votre verre.
  • Ajoutez 4cl de ron cubain, ou de rhum,
  • et complétez d’eau gazeuse.
  • Vous pouvez ajoutez quelques gouttes, ou un trait de bitter angostura si vous aimer le mojito un peu plus relevé.

Pour finir, mélangez délicatement de haut en bas pour bien diffuser tout les aromes, ajoutez une paille ou deux, un peu de décoration, et dégustez votre authentique mojito !


Conseils


  • Assurez vous que la menthe sois bien au fond du verre au moment de piler pour qu’elle sois protégé par le sirop de sucre ainsi que par les quartiers de citron vert.
  • Ne déchirez pas la menthe car de petits bouts de menthes pourraient venir boucher la paille de la personne qui déguste le cocktail, ce qui n’est pas franchement agréable…
  • Ne lésinez pas sur la glace pilé, plus il y a de glace, moins cette dernière fondra !
  • Privilégiez de la menthe poivré à de la menthe “normale”, car le véritable mojito cubain se fait avec la “hierba buena” (aussi nommé la Hierbabuena ou Yerba Buena), littéralement la bonne herbe. Malheureusement il est impossible de trouver cette variété en France car elle ne pousse pas chez nous. c’est pour ça que la menthe utilisé en France et la menthe poivré, ou peppermint, qui lui ressemble beaucoup.

L’Histoire


Théorie n°1

Au XVIème siècle, Francis Drake (surnommé « El Draque », le Dragon, par les Espagnols), sème la terreur et le chaos dans les Caraïbes. malheureusement Cuba n’échappe pas aux raids meurtriers du terrible corsaire anglais.

Mais ce pirate meurtrier n’en est pas moins un fétard. C’est à Cuba qu’il découvre le « tafia », une eau-de-vie de canne à sucre. Le gourmand y ajoute un peu de sucre et quelques feuilles de menthe pliées, un remède bien connu des pirates pour combattre la nausée. L’ancêtre du mojito est né.

Au début du XXème siècle, les bars havanais s’emparent de la recette et la modernisent : le tafia est remplacé par du rhum, tandis que le citron vert s’invite dans le cocktail pour y apporter peps et fraîcheur. C’est d’ailleurs à ce dernier ingrédient que le mojito doit son nom : le « mojo » est en effet un mélange à base de citron couramment utilisé dans la cuisine cubaine pour relever le goût des aliments.

Théorie n°2

Moins folklorique, la 2ème théorie sur les origines du mojito est peut-être malgré tout plus réaliste ! Le célèbre cocktail serait en fait inspiré du « mint julep », un cocktail emblématique du sud des États-Unis.

Vraisemblablement inventé au XVIIIème siècle, le mint julep est préparé avec quatre ingrédients : de la menthe, du bourbon, du sucre et de l’eau.  

Enfin Bref

Quelle que soit son origine, le mojito est LE cocktail à la mode dans les années 1920 à Cuba. À tel point qu’il est même élevé au rang de « cocktail national de Cuba », rien que ça !


Variantes


Comme vu plutôt, le mojito serai un descendant amélioré du Mint Julep, et c’est un cocktail qui ressence énormément de variantes, comme le royal mojito (remplacez l’eau pétillante par du champagne), le mojito fraise, le virgin mojito ( sans le rhum)…


Anecdote


Ernest Hemingway, mythique écrivain américain, tombe sous le charme de Cuba à la fin des années 1920. Comme Francis Drake, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’Hemingway est un bon vivant. Il s’installe à Cuba, où il vivra des années 1930 aux années 1960, et se met en quête de repaires où il pourra librement s’adonner à l’une de ses activités préférées : boire !

C’est ainsi que La Bodeguita del Medio, réputée pour servir le meilleur mojito de La Havane, devient l’une des adresses préférées du célèbre écrivain. Il participe d’ailleurs à en faire l’un des bars les plus emblématiques de la capitale. Aujourd’hui encore, visiteurs de passage et gens du cru s’y retrouvent pour siroter un délicieux mojito dans la plus pure tradition cubaine !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *